Pourquoi choisir l’École des Trois-Soleils?

Voilà une des premières questions qui revient sans cesse dans la tête des parents francophones désireux d’offrir à leur enfant les meilleurs outils pour assurer son avenir et réaliser son plein potentiel.

Pour le parent qui désire transmettre la langue, l’identité et la culture francophones à son enfant, l’école de langue française prévaut sur tous les autres établissements. Le parent comprend également que le sens d’appartenance à la communauté francophone est essentiel pour bâtir l’estime de soi francophone de son enfant et que l’école de langue française y contribuera largement, en collaboration avec le foyer et la communauté francophone.

La mission et le rôle de l’école sont de renforcer chez l’enfant la langue, l’identité et la culture que le parent a choisi de lui transmettre. L’école est le prolongement du foyer.

La décision d’inscrire son enfant à l’école francophone demeure un excellent choix même lorsque deux cultures se côtoient à la maison.

Plusieurs études démontrent en effet que les élèves qui apprennent le français en milieu minoritaire ont des besoins linguistiques, culturels, éducatifs et identitaires différents de ceux qui font leur apprentissage dans la langue de la majorité.

L’école francophone en milieu minoritaire :

  • Assure le développement et la maitrise de la langue maternelle sans nuire à l’apprentissage de la langue seconde compte tenu de la constante interaction des enfants avec l’environnement inuit et anglophone dans lequel ils évoluent à l’extérieur de l’école;
  • Est l’un des rares symboles qui confirment l’existence de la communauté francophone en situation minoritaire. Elle renforce le sentiment d’appartenance des élèves à la communauté francophone;
  • Favorise l’appropriation de leur langue maternelle par les élèves et aide à les protéger de l’assimilation tout en leur permettant de contribuer aux cultures présentes dans la collectivité.

Une école communautaire

Au Nunavut, l’école francophone est véritablement communautaire puisqu’elle est l’aboutissement d’efforts conjoints de nombreux parents et de membres de la communauté francophone.

Il est important de retenir que si on choisit l’école francophone, l’école ne peut assumer seule, la responsabilité de développer la langue, l’identité et la culture francophones chez l’enfant.

  • Le parent accepte que ce choix entraine des exigences quant à sa participation et à son engagement dans la vie scolaire de l’enfant, tout en sachant qu’il fait cela dans l’intérêt supérieur à long terme de son enfant.
  • Aux Trois-Soleils, les parents sont invités à participer aux différentes activités de l’école, soit de façon régulière en suivant de près les progrès de leur enfant, soit en consacrant des heures de bénévolat.
  • L’engagement du parent contribuera grandement à faire en sorte que l’école devienne un milieu de vie épanouissant et dynamique pour son enfant et l’ensemble des élèves.

L’École des Trois-Soleils

L’école francophone vise à accompagner et à valoriser l’enfant, là où il se situe, dans son besoin d’apprendre, de maintenir et d’améliorer sa maitrise de la langue française, tout en développant son identité francophone et en s’intégrant à la communauté de langue française.

Dans certains foyers, l’enfant est au niveau débutant dans sa connaissance de la langue française. Par conséquent, des mesures sont prises par l’école pour franciser l’enfant dans le but de faciliter son intégration ou réintégration à la communauté francophone.

Des programmes de francisation sont en place dès la prématernelle, et jusqu’à la deuxième ou troisième année selon les besoins. Ces mesures permettent à l’enfant d’évoluer positivement dans ses apprentissages et d’être heureux de fréquenter une école où la vie se déroule en français.

Mon enfant apprendra-t-il l’anglais ou bien l’inuktitut?

Bien souvent, les parents optent pour l’école anglophone ou pour un programme d’immersion française, car ils veulent s’assurer que leur enfant pourra maitriser la langue de la majorité, c’est-à-dire l’anglais, ou l’inuktitut pour d’autres. D’autre part, le parent anglophone craint que son enfant développe une compétence langagière médiocre en anglais. Il en va de même pour le parent inuit qui craint que son enfant n’arrive pas à maitriser l’inuktitut de façon convenable. Il est important de rappeler que le cours d’anglais enseigné à l’école francophone est équivalent à celui offert aux élèves des programmes anglophones ou d’immersion française (English Language Arts).

L’enseignement de la langue anglaise débute en 4e année à l’École des Trois-Soleils. L’enseignement de la langue inuite est prévu au programme chaque année, mais compte tenu de la pénurie de ressources humaines, le programme n’est malheureusement pas offert actuellement. Les études démontrent que, chez les francophones vivant en milieu minoritaire, l’anglais s’apprend facilement, presque par osmose. Il en va de même pour l’inuktitut en situation de langue majoritaire, les jeunes enfants apprennent facilement la langue. En contact permanent avec la langue anglaise ou la langue inuite, les jeunes s’en imprègnent inconsciemment et l’apprennent sans difficulté. Ce qui est d’ailleurs le cas pour l’inuktitut dans les petites collectivités où la langue inuite prévaut.